Muriel Tranier Alaux

Ateliers en EHPAD   

 

Musicothérapie & Gérontologie

 Ateliers conçus pour les publics des EHPAD

"Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d'une étoile".
Frederic Nietzsche

​Sommaire :

  1. Voyage en Musique

  2. Chansons Douces

  3. Peindre la Musique

Lorsque nous sommes touchés par une émotion, nous sommes conviés à une rencontre avec nous même révélant l'intime tel qu'il est, à l'instant présent.

Les moments privilégiés créés dans un cadre "protégé", autour de la musique ou de la peinture, permettent au sujet de sublimer ses émotions, parfois même de les créer au travers d'une peinture, ou par un chant ...

 

L'être s'expérimente à nouveau, il se sent vivre, il vibre.

 

Selon le cadre ou le besoin des personnes, ces médiations artistiques auront des vertus créatrices, thérapeutiques ou méditatives.

Les ateliers sont conçus pour permettre un rendez vous avec soi-même.

Atelier
Voyage en Musique  
    Atelier conçu pour les EHPAD

 

Comment permettre à des personnes ayant des difficultés à se mouvoir de voyager ? Comment leur redonner l'envie de ressentir, de partager  ? ...

Cet atelier est conçu pour donner à vivre un réel voyage à travers les émotions véhiculées par la musique et le rythme. Chanson, jazz, classique, musique du monde, tango, valses, et autres genres s'entrecroisent. L'aspect important est la qualité de l'interprétation, le rythme, la diversité émotionnelle et musicale des oeuvres pour pouvoir proposer une bande orchestre à propos.

Elle est d'ailleurs créée la veille ou quelques jours auparavant, afin de tenir compte du temps, des saisons, de l'atmosphère générale souvent responsable de nos états physiques et psychiques, disons de nos douleurs et de nos humeurs ... Elle tient compte également des préférences et des aversions musicales constatées chez les résidents. 

L'atelier favorise la relaxation, le lâcher prise en douceur, la rêverie, la réminiscence, la résolution de conflit, la verbalisation, l'humour et la socialisation.

Cadre : lieu adapté – 6 à 10 personnes – Bande son 40 minutes - durée totale 1h15 avec échanges de fin.

Atelier
Chansons douces 
Atelier conçu pour les EHPAD

 
Chansons-douces.jpg

"Chansons Douces" est un atelier qui s'adresse plus particulièrement aux grands dépendants. Il a lieu dans les salons d'étage au plus près des résidents et à un horaire propice : 14h.

Bien qu'il s'agisse de chanter des oeuvres faisant partie de la culture des personnes âgées, la forme diffère d'un tour de chant habituel; de même l'objectif. Dans ce cadre créé, je chante en fonction de la perception que j'ai du groupe à l'instant T (degré de stress - Temps - joie de se retrouver ...). L'induction se fera soit avec une voix sophronique, soit avec une voix tonique et sera en totale adéquation avec le jeu guitare : rythmique douce et arpégée, ou bien rythmique plus soutenue voir même dynamique.

L'idée n'est pas d'encourager la personne à chanter, au contraire, il s'agit de partir de là où elle se trouve, respecter sa liberté, laisser émerger et construire avec ce qui vient : un mot - un regard - un sourire - le chant ou même l'indifférence.

Progressivement au cours des séances, la dynamique de groupe s'installe et amène deux phénomènes : la souvenance et l'appartenance.

La chanson évoque, et le résident ramène le souvenir émotionnel qu'il en a à l'instant présent.

Le groupe l'étaye en partageant son émotion. Il s'en suit alors un phénomène d'appartenance qui, à cet instant rompt l'isolement de la maladie, de la dépendance.

Au court du temps, tout en restant libre de sa participation passive ou active, le groupe chante de plus en plus, parfois marque le rythme, parfois applaudi, parfois rit; l'individu redécouvre la joie d'être ensemble et de partager, et finalement celle de se sentir être.

Cadre : Salon d'étages – 1 à 15 personnes – Guitare et voix - durée totale 1h avec échanges de fin.

Atelier
Peindre la Musique   
 Atelier conçu pour les EHPAD

CPeindre la musique 01.jpg

Se sentir créer et la liberté qu'elle engendre est un état d'être souvent envié aux artistes. Malgré cette envie profondément inscrite en nous, la première chose à laquelle je suis fréquemment confrontée lorsque je démarre un atelier de ce type est : "mais je ne sais pas dessiner" ...

L'individu est tellement lié à la représentation, à la figuration de quelque chose qu'il en oublie sa propre faculté à créer des formes libres ou se libérant des convenances ... Ne cherchant plus à ressembler à quelque chose de connu, il se produit un phénomène extra : je redeviens l'enfant qui explore, découvre, rit, et s'émerveille à nouveau.

Cadre : lieu adapté – 6 à 10 personnes – Bande son 1h30  - durée totale 1h45 avec échanges de fin.

À noter que généralement 5 à 8 personnes peignent et  2 à 3 personnes viennent pour écouter la musique et voir les autres peindre (essentiellement des résidents qui ne sont plus en capacité physique de peindre)

 

Genèse de l'atelier

Avec la collaboration et l'aimable autorisation de publication des résidents de l'EHPAD. 

L'atelier a été conçu en période estivale, moment propice à ce que la thérapie sorte du cadre pour prendre un souffle nouveau. Ces moments créent une alliance différente. 

Il a été également ouvert à tous pour permettre à de nombreuses personnes d'y venir spontanément. Les soignants ont pu aussi le proposer à des résidents moins autonomes.

Progressivement "peindre la musique" a prit ses marques dans l'institution, et bien que devenu moins ouvert au fil des semaines, invitant systématiquement les personnes qui l'avait choisi, nous avons laissé une porte ouverte à celui qui souhaitait s'y intégrer à l'instant. Fermer en partie l'atelier, a permis  au groupe de s'auto réguler en instaurant un mode de fonctionnement respecté par tous.

Peindre la musique ?

Un intitulé en forme d'objectif

Ce titre est à lui seul une énigme. On ne peint pas en musique, car à ce moment là l'objectif est juste de peindre, non, là on peint La Musique ... Cela interroge beaucoup.

De part le choix des oeuvres qui vont se succéder, la musique va progressivement induire un lâcher prise et faciliter la créativité de la personne. D'ailleurs, au milieu de l'atelier, je constate toujours un moment de silence d'une vingtaine de minutes environ ou chacun est absorbé par l'oeuvre qu'il crée, juste enveloppé par la musique. Un moment privilégié d'unité avec lui même, avec les autres aussi, en résonance.

Peindre la musique est aussi une idiotie, dans le sens où l'on ne peint pas quelque chose d'immatériel. Ou alors faut il l'interpréter comme étant une imprégnation musicale qui nous permet de ressentir des émotions par lesquelles on va laisser exprimer ce qui vient par le geste sur le papier.

Peindre la musique devient alors sensé.

Éléments techniques et thérapeutiques

Tout d'abord, j'utilise des techniques que je maîtrise. Il me semble important d'être totalement sincère dans ce qui est proposé et donc crédible aux yeux de l'autre. Aussi, le point de départ est : "ce qui émane de l'être que je suis", surtout pour accompagner cet autre à accepter et à donner à voir "ce qui émane de l'être qu'il est" - et c'est toujours à l'instant T - demain nous donnerons à voir autre chose de nous même.

J'ai choisi l'aquarelle pour sa facilité d'utilisation. Elle me permettra plus tard de travailler les nuances par dilution - J'utilise du papier adapté à cette technique, car l'oeuvre au final ne doit pas être déconsidérée par son créateur à cause d'un papier gondolé ...

 

Pour tracer le dessin  j'ai choisi des marqueurs noir pour plusieurs raisons :

- Il n'est pas possible de revenir en arrière, ce qui va encourager progressivement la spontanéité du trait. Et c'est exactement comme dans la vie, cet acte engage la personne.

- Les limites du dessin sont plus nettes et donc plus simple à peindre, elles contiennent mieux. Elles donnent aussi une identification plus aisée de l'image.

 

Pour la mise en oeuvre, il n'y a aucun modèle.

- Je propose soit un papier avec un cercle à l'intérieur en encourageant une décoration d'assiette, ou un mandalas libre.

- Soit un dessin exécuté au marqueur.  La personne va tracer en un mouvement "rapide" ou "hésitant" des formes, souvent les yeux fermés et en écoutant la musique. Je vais l'accompagner selon son besoin, son degré d'autonomie, l'alliance crée.

Je lui demande ensuite de percevoir quelque chose de la forme : "on dirait ceci ou cela ..." , je l'encourage et parfois l'aide à y découvrir un sens. Cette pratique de recul permet d'exercer son oeil et de créer progressivement un nouveau regard sur l'oeuvre, mais aussi sur les choses qui nous entourent. Nous pouvons y rajouter un sourire, des yeux ... Parfois, il n'y a pas de sens, c'est juste abstrait. Ce que je constate, c'est la pertinence de l'émotion retracée. 

 

Si la personne crée spontanément sans aucune demande ou consigne je la laisse libre.

L'accompagnement peut aussi juste se résumer à encourager la personne à CHOISIR ses couleurs.

L'objectif est de l'amener progressivement à un moment de spontanéité, de liberté, de bien être et d'unité avec elle même, en harmonie, en résonance avec le groupe.

À la fin de l'atelier il me semble important de montrer le travail de chacun s'il est fini et si l'auteur le veut bien. 

Je vais alors valoriser la nouveauté, l'avancée, l'originalité, l'émotion, la facture, le travail à accomplir ou accomplit, envisager l'étape suivante ; serait ce  pour encourager et remercier la personne de sa participation et de s'être donnée à voir. 

 

C'est une partie délicate car elle doit être VRAIE et SINCÈRE.

 

De même, je vais encourager les autres participants à parler du travail de l'autre, ce qui génère beaucoup de bienveillance. Cela participe au sentiment d'appartenance au sein du groupe.

L'étape finale est de choisir ensemble les dessins à exposer dans l'établissement. Avec vernissage et tout ce qui va bien avec !!!

( à suivre ... )

Quelques aquarelles ...